Mettre l'humain au cœur de sa stratégie de travail hybride

Travail hybride : remettre l’humain au centre de la stratégie

Par
Louis
le
28/12/2022

Avec l’important développement du télétravail, les échanges entre collaborateurs sont devenus plus brefs et concis. Le télétravail, en limitant les distractions, comme les pauses-café ou les réunions à rallonge, renforce la productivité des équipes. 

Selon une récente étude de l’Université de Stanford, plus de 85 % des entreprises ayant recours au télétravail constatent une hausse de la productivité, en raison d’un gain de flexibilité. 

Ainsi, en limitant les échanges et en responsabilisant davantage les salariés, le travail hybride semble être la solution idéale pour les entreprises. 

D’une part, il leur permet de réduire leur surface de bureau, car une partie des salariés travaille désormais à distance. Cette diminution du nombre de m2 engendre une baisse des coûts fixes non négligeables. D’autre part le télétravail, en offrant plus de flexibilité et d’autonomie aux salariés permet d’augmenter leur productivité en limitant les distractions et facteurs de déconcentration. 

Afin de favoriser la collaboration à distance, de nombreux outils et technologies ont vu le jour et permettent dorénavant d’organiser un nouvel environnement de travail en mode hybride. Cependant, ces technologies doivent être au service des collaborateurs et non l’inverse. 

La plus grande erreur est alors de miser sur ces nouvelles technologies exclusivement, en oubliant que la plus variable, ce sont les collaborateurs eux-mêmes. 

Le numérique au service de la collaboration

Avec le développement du travail hybride, les entreprises sont libres de placer le curseur entre le tout distanciel et le tout présentiel. Cette souplesse est gage de flexibilité et d’attractivité. Néanmoins, elle doit être nécessairement accompagnée par des outils adaptés afin de favoriser les échanges et la collaboration à distance. 

La récente pandémie mondiale a été le moteur de cette transition. Les outils informatiques ont ainsi permis d’assurer la continuité économique et sociale. 

Bien qu’initialement subis, ces outils ont été également appréciés lorsque l’entreprise choisissait d’embrasser une démarche technologique au service des collaborateurs avec, par exemple, l’adoption d’horaires flexibles ou encore des réunions informelles telles que des “cafés d’équipe”.

De plus en plus d’entreprises sautent le pas et adoptent désormais des modèles de travail hybride. Afin de tirer profit de ce gain de flexibilité, elles doivent rester vigilantes à ce que ces nouveaux outils digitaux favorisent le sentiment d’appartenance et qu’ils ne soient pas vecteurs d’isolement.

À distance, les échanges sont écourtés, les moments informels qui permettaient autrefois de s’aérer l’esprit avec ses collègues, entre deux réunions, sont un lointain souvenir. Une sensation de surmenage peut alors apparaître. On se sent submergés par la quantité de travail et on ne vit plus qu'en dehors des heures de travail. 

Le risque majeur est de développer des problèmes psychologiques liés à cet isolement, et de perdre tout lien social. Du côté de l’entreprise, ce sentiment d’isolement et d’oubli conduit à des arrêts de travail à répétition allant parfois jusqu’au “burnout” ainsi qu’une forte hausse du taux de “turnover”. Il n’est donc pas dans l’intérêt humain et économique de l’entreprise de devoir faire face à ce genre de difficultés. 

Le travail hybride doit être gage de flexibilité et non d’isolement. Les managers doivent donc organiser la vie d’équipe entre présentiel et distanciel, et tirer profit de la flexibilité du travail hybride, tout en maintenant et favorisant le lien social. 

Concrètement, il s’agit de faire venir ses collaborateurs sur site pour de réelles raisons. Ainsi, on ne les fait plus venir pour de banales réunions de 15 minutes, mais pour des véritables moments de partage et d’échange. Les salariés se déplacent désormais sur leur lieu de travail avec l’ambition de rencontrer leurs collègues, et non plus juste pour y travailler comme avant la démocratisation du télétravail. 

Le travail hybride revient donner de la valeur aux moments de convivialité et de collaboration en présentiel. Certes, ces moments sont désormais plus rares, mais ils sont aussi d’une plus grande qualité et intensité. 

Un bon équilibre entre réunions en présentiel et en distanciel est à trouver. Les managers doivent ainsi adapter le curseur entre les besoins de leur équipe et la politique de travail de l’entreprise. 

Le travail hybride invite donc les entreprises et managers à réinventer leur expérience collaborateur. Cette nouvelle forme de management et de travail ne peut se résumer à la simple organisation des équipes entre télétravail et bureau. 

computer

Le travail hybride pousse ainsi à redéfinir de nouveaux modes de travail, afin de tirer profit d’une plus grande flexibilité et de renforcer le bien-être des salariés. 

Un salarié peut désormais profiter de ses jours en télétravail pour accorder au mieux son emploi du temps professionnel à sa vie personnelle, et appréciera davantage de retrouver ses collègues au siège de l’entreprise pour partager des moments, certes plus rares, mais d’une plus grande qualité. 

Afin d’organiser la vie d’équipe entre présentiel et distanciel, il est nécessaire d’adopter les bons outils. m-work est un outil de gestion du travail hybride qui favorise le lien social et les échanges entre collaborateurs. Il permet ainsi aux collaborateurs de se retrouver le même jour au siège afin de travailler ensemble et/ou partager des moments de convivialité. 

Pour en savoir plus sur m-work, cliquez-ici !

 

Par
Louis
Guignard
Le
28/12/2022
Mis à jour le
27/12/22
NOS articles similaires