Photo d'une collaboratrice qui travaille et doit s'occuper de son enfant en même temps, symbole des inégalités en matières de télétravail
Flex-office et bureau

Télétravail et inégalités

Par
Clémence
le
24/11/2022

Adopté par de nombreuses entreprises depuis plusieurs années, et fortement développé avec la crise sanitaire, le travail à distance n’est pas sans effet sur les disparités qui existent. Inégalités liées à l’âge, à la catégorie socioprofessionnelle ou encore au genre, voici comment le télétravail les creuse.

Inégalités socioprofessionnelles

Alors que 67% des cadres sont en télétravail, seulement 21% des employés et 7% des ouvriers peuvent le pratiquer.

D’après une étude menée par l’éditeur de logiciels Oracle en 2021, la pratique du télétravail marque d’abord une véritable scission entre les cadres d’un côté et les employés, travailleurs indépendants et ouvriers de l’autre. Alors que 67% des cadres sont en télétravail, seulement 21% des employés et 7% des ouvriers peuvent le pratiquer. Cette fracture sociale existe également au sein même de ceux qui sont en mesure de télétravailler. Ceux-ci bénéficient de conditions de travail à domicile très différentes. Si certains disposent d’un logement spacieux, avec un espace dédié au travail et propice à la concentration, d’autres ne peuvent s’isoler, sont distraits par leur entourage ou ne parviennent pas à avoir une bonne connexion internet. Le travail à distance est donc une forme organisationnelle qui semble accorder un privilège à certaines classes sociales.

Inégalités générationnelles

Le télétravail semble aussi éloigner les générations : alors que les jeunes (25-34 ans) estiment qu’ils peuvent facilement travailler à distance en s’adaptant aux outils technologiques et organisationnels, les personnes plus âgées (50-64 ans) envisagent cette pratique avec beaucoup de réserves.

De plus, les personnes qui ont plus de 40 ans sont souvent soumises à des contraintes, souvent liées à leur vie familiale rythmée, dont les plus jeunes ne font pas l’expérience. Il est donc plus difficile pour eux d’être complètement flexible en matière d’organisation du travail, là où les plus jeunes sont souvent à l’aise avec l’idée d’aller au bureau au gré des besoins. Ainsi, le travail à distance accroît la distance qui existe entre les plus jeunes et les plus âgés dans le monde professionnel.


Inégalités territoriales

La diffusion du travail à distance a aussi alourdi les inégalités territoriales. Alors que 40% des professions des habitants de la région parisienne peuvent être réalisées à distance, seulement 19% des emplois des habitants de communes rurales peuvent être pratiqués en télétravail.

Inégalités entre les sexes avec le télétravail

Les femmes sont 1,3 fois moins nombreuses à disposer d’un espace de travail isolé et elles ont 1,5 fois plus de risques d’être fréquemment interrompues pendant leur travail à domicile.

Enfin, le travail à distance a aussi accentué les inégalités entre les hommes et les femmes. En effet, les femmes sont plus touchées par les difficultés causées par la pratique du télétravail. D’après une étude réalisée par le cabinet international de conseil en stratégie Boston Consulting Group, les femmes sont 1,3 fois moins nombreuses à disposer d’un espace de travail isolé et elles ont 1,5 fois plus de risques d’être fréquemment interrompues pendant leur travail à domicile.

De plus, elles ont davantage de troubles du sommeil, et le risque qu’elles fassent un burn out est plus élevé que pour les hommes, selon l’étude. Elles se sentent aussi plus isolées, et éprouvent plus de culpabilité à cause d’un manque de temps pour s’occuper de leurs enfants. Les risques psychosociaux associés au télétravail sont donc plus importants pour les femmes que pour les hommes.

Inégalités de sensibilité aux risques psychosociaux

Les individus ne sont pas tous affectés de la même manière par l’isolement qu’implique le travail à distance. Si certains y voient une façon d’être plus apaisé et plus concentré, d’autres sont démotivés et déprimés par la solitude. Les plus touchés par cette difficulté sont les jeunes diplômés, pour qui le bureau est souvent un véritable espace de socialisation et un lieu encadrant qui permet de structurer leur quotidien.

Et si m-work pouvait contribuer à l’atténuation de ces inégalités ?

m-work est un outil complet et intégré qui rend l’organisation du travail hybride lisible, simple et intelligente pour les entreprises et leurs collaborateurs. La solution permet également de suivre l'expérience collaborateur à distance, et de favoriser le lien social avec le développement du télétravail.

Par
Clémence
Akkari
Le
24/11/2022
Mis à jour le
4/2/22
NOS articles similaires