Future of work
Par
Clémence
Akkari

Paris, ville du quart d'heure

23/8/2021

Qu'est-ce que la ville du quart d'heure ?

Trouver tout ce dont on a besoin à quinze minutes de chez soi, à pied ou à vélo. C’est le défi que souhaite relever la mairie de Paris. Cette idée a été théorisée par Carlos Moreno, professeur à la Sorbonne connu pour ses réflexions, initiatives et applications autour de la ville intelligente durable. Dans les années 1990, il a fait le constat suivant : alors que l’imaginaire collectif vantait l’importance de la mobilité pour remédier à l’éclatement spatial, les répercussions sociales et environnementales étaient de taille. Le chercheur défend ainsi l’importance de la « démobilité » pour réduire notre incidence néfaste. En effet, la fragmentation d’une ville a des conséquences sur l’équilibre personnel de ses habitants : sentiment d’isolement et stress en résultent. De plus, les dispositifs techniques que l’on utilise pour accéder aux activités sont générateurs de pollution, et donc nuisent à l’environnement. La ville du quart d’heure, c’est donc la solution au dérèglement climatique car elle limite les déplacements polluants.

La ville du quart d’heure, c’est permettre d’accéder à tout moment aux « six fonctions sociales urbaines essentielles qui sont : habiter, travailler, s’approvisionner, se soigner, apprendre, s’épanouir » d’après Carlos Moreno.

Lors des élections municipales de 2020, la volonté d’appliquer ce concept à la capitale française émerge. L’objectif est de transformer Paris en une ville polycentrique pour offrir aux habitants une grande qualité de vie dans les courtes distances. La ville du quart d’heure, c’est leur permettre d’accéder à tout moment aux « six fonctions sociales urbaines essentielles qui sont : habiter, travailler, s’approvisionner, se soigner, apprendre, s’épanouir » d’après Carlos Moreno.

La concrétisation de ce projet exige de grands changements. Plutôt que de construire de nouveaux équipements, Anne Hidalgo a notamment décidé de transformer les lieux qui existent déjà, en « lieux multi-usages ». Elle perçoit d’ailleurs les écoles et collèges comme le cœur de chaque quartier, et a pour projet de faire en sorte qu’ils ouvrent le weekend, afin de permettre aux parisiens de profiter d’activités ludiques, sportives et culturelles. La mairie de Paris compte aussi favoriser l’installation de commerces et services de proximité, la production locale et les circuits courts.

Une démarche qui répond au contexte de la crise sanitaire

Les mesures qui ont été prises depuis plus d’un an (confinements, couvre-feux) ont contraint les Parisiens à réduire leurs déplacements, en se limitant à leur quartier. Ce phénomène a été l’occasion pour les habitants de Paris d’apprendre à créer des réseaux de solidarité dans leur quartier, et à trouver de quoi satisfaire tous leurs besoins près de chez eux. La démarche de la ville du quart d’heure s’inscrit ainsi dans la continuité des changements que connaît Paris depuis plusieurs mois.

Et si m-work pouvait contribuer à ce projet ?

Finalement, la ville du quart d’heure est un projet qui a pour objectif de favoriser l’épanouissement des Parisiens en facilitant leur quotidien, mais aussi de relever le défi sanitaire et climatique que nous traversons.

Et si m-work pouvait, à son échelle, soutenir la réalisation de la ville du quart d’heure ? L’une des six fonctions sociales mentionnées par Carlos Moreno, celle du travail, pourrait être assurée grâce à la plateforme de flex-office de proximité que propose m-work. Le projet que nous avons rejoint en effet celui de la mairie de Paris : conscients de l’incidence sur la santé mentale et l’environnement de la pratique traditionnelle du travail, nous défendons le travail nomade. Nous souhaitons permettre à tous les télétravailleurs d’accéder à des espaces de qualité tout près de chez eux. Travailler à 15 minutes de chez vous, c’est possible avec m-work !

Par
Clémence
Akkari
Le
21.8.21