Future of work
Par
Clémence
Akkari

Et si l'avenir était au 100% télétravail ?

20/8/2021
Adopté par des milliers de salariés et travailleurs indépendants, le travail à distance est désormais envisagé comme une solution durable. En France, avant la crise sanitaire, quelques entreprises avaient déjà franchi le cap du 100% télétravail. Quelles sont-elles ? Quelles en sont les raisons ? Comment s’organisent-elles ?

Fizzer et Platform.sh, ces deux start-up dont les équipes sont en 100% « remote »

Même avant le début de la pandémie du Covid-19, le travail à distance avait pris de l’importance, en particulier aux États-Unis. Le modèle du 100% télétravail, ou « full remote » est en effet né là-bas dans les années 2000. La société éditrice de WordPress, Automattic, avait notamment fait disparaître ses locaux de la Silicon Valley en 2017 et mis ses 850 salariés en télétravail. En France aussi, cette organisation existe.Platform.sh et Fizzer sont deux entreprises françaises, qui ont fait le choix de mettre la totalité de leurs équipes en télétravail. Dispersée dans 30 pays du monde, l’équipe de Platform.sh compte 174 collaborateurs. Elle est spécialisée dans le cloud B to B. Lancée en 2014, cette start-up s’est inspirée du cas d’Automattic en instaurant le « full remote ».Fizzer a aussi été lancée en 2014. Cette start-up propose d’envoyer des cartes postales personnalisées depuis et vers n’importe quelle région du monde. Elle aussi a mis en place le 100% télétravail, et ses salariés sont dispersés aux quatre coins du monde.

Quelles sont les motivations du choix 100% télétravail ?

Le 100% télétravail a notamment été adopté par les deux start-ups pour abolir les frontières concernant le recrutement. En effet, en considérant non plus seulement un espace local mais le monde entier, la trouvaille d’employés compétents et motivés est facilitée. Pour les personnes qui cherchent un emploi aussi, ce système est un facteur aidant : elles n’ont plus besoin de se limiter aux offres qui existent dans un périmètre restreint, et peuvent viser des entreprises qui se trouvent à plusieurs centaines ou milliers de kilomètres.Par ailleurs, l’instauration du full remote s’explique par l’intérêt économique que les entreprises y trouvent. Pour Fizzer, le télétravail généralisé permet non seulement de limiter les frais fixes, mais aussi de favoriser la productivité des salariés. Cette organisation est donc à la fois plus souple et moins onéreuse que le travail en présentiel.

Quelle organisation en « full remote » ?

Recrutement

D’après Céline Mechain, VP People Ops de Platform.sh, le système du full remote requiert une adaptation concernant le mode de recrutement. Il faut en effet faire attention à recruter des personnes autonomes, et donc souvent des personnes qui ont de l’expérience. En conséquence, la culture de l’entreprise est très horizontale, car les collaborateurs prennent des initiatives, proposent beaucoup d’idées qui sont ensuite adoptées par l’entreprise. Platform.sh a tout de même conservé un bureau de 5 à 10 personnes pour accueillir les stagiaires et ceux qui souhaitent de temps en temps se retrouver dans un bureau.

Lien social

Pour les deux start-ups, le full remote n’est pas synonyme de perte de lien social. Il est possible que les équipes soient soudées, même si leurs membres ne se retrouvent pas quotidiennement en physique. De nombreux rendez-vous virtuels sont planifiés, et les deux start-up organisent aussi un à deux séminaires dans l’année. Selon Céline Mechain, il est très important d’alterner entre des moments « sociaux » (formels comme de réunions, ou informels comme des pauses café virtuelles) et des moments où les employés sont seuls, concentrés, et donc plus productifs. Baptiste Hamain, CEO de Fizzer, déclare quant à lui que « le full remote nous permet de créer des liens encore plus forts que dans un bureau traditionnel. »

Les outils

Les entreprises s’appuient sur plusieurs dispositifs en ligne pour assurer le bon déroulement du full remote. Elles sont notamment adeptes des messageries instantanées comme Slack, ou de plateformes comme Payfit pour la réalisation des fiches de paie, notes de frais ou congés. Les outils de visioconférence comme Zoom et Teams sont aussi devenus indispensables au sein de ces organisations.

Quel futur pour le modèle full remote ?

Les entreprises converties au 100% télétravail sont encore peu nombreuses, mais le modèle pourrait prendre de l’ampleur. Les métiers associés aux domaines du e-commerce, de la formation en ligne ou de la technologie pourraient notamment en devenir adeptes. Avec la solution m-work, trouvez un accompagnement dans toute votre mise en place du télétravail, dans son suivi sur le long terme, et faites en une force.

Par
Clémence
Akkari
Le
21.8.21